United Colors of Benetton Regular Destressed Denim Jeans Regular Homme Bleu Moyen Jeu Pas Cher Prix Vente Réel Authentique France

B00QO2KDZA

United Colors of Benetton Regular Destressed Denim - Jeans - Regular - Homme Bleu (Moyen)

United Colors of Benetton Regular Destressed Denim - Jeans - Regular - Homme Bleu (Moyen)
  • 100% Coton
  • Lavage en machine, 40° et +
  • Fermeture: Fermeture éclair
  • Taille basse
United Colors of Benetton Regular Destressed Denim - Jeans - Regular - Homme Bleu (Moyen)

Avoir peur de le perdre

  • PattyBoutik femmes blouse maille col en V à taille empire Noir
  • Association sportive de Bondy
  • Aimer, c’est avoir peur. Tout le temps. Freud, dans  Malaise dans la civilisation   (1) , l’explique ainsi : nous devenons dépendants parce qu’il faudra que l’autre nous soutienne toujours dans l’existence. D’où la peur de le perdre. Explication lumineuse de Monique Schneider  (2) , philosophe et psychanalyste : « L’amour implique une prise de risque. Il suscite un phénomène de vertige, parfois même de rejet : on peut casser l’amour parce que l’on en a trop peur, le saboter tout en essayant de se confier, réduire son importance en s’attachant à une activité où tout repose sur soi-même. Tout cela revient à se protéger du pouvoir exorbitant de l’autre sur nous. »

    D’autant, souligne encore Freud, qu’Éros et Thanatos vont de pair. Je t’aime, je te détruis. Éros, c’est notre désir de nous lier amoureusement les uns aux autres?; Thanatos, c’est la pulsion de mort qui nous pousse à rompre le lien pour que notre moi reste tout-puissant. L’amour poussant à sortir de soi, le moi le combat. « C’est difficile de renoncer à soi, décrypte le psychanalyste Jean-Jacques Moscovitz  (3) . On sent bien quand on aime que quelque chose nous tiraille.

    L’amour touche à notre être, à ce que nous sommes au monde. Peu de gens s’en rendent compte. Ils se retrouvent seuls et se sentent bien dans cette solitude puisqu’ils sont désormais à l’abri de cette pulsion de mort. Mais quand, dans l’amour, on a survécu aux déchirements, aux conflits, on atteint une zone formidable où rejaillit le sentiment. » L’amour vrai n’est pas un contrat d’affaires : c’est un sentiment violent qui fait courir un danger aux deux partenaires. Il ne faut jamais l’oublier quand on doute, quand l’autre semble nous « désaimer ». « Quand quelqu’un se défend, explique Monique Schneider, ça ne veut pas dire qu’il n’est pas amoureux. Il peut juste redouter de se retrouver les mains liées. »

    1.  Malaise dans la civilisation  de Sigmund Freud (PUF).
    2. Monique Schneider, auteure de  La Cause amoureuse, Freud, Spinoza, Racine  (Seuil).
    3. Jean-Jacques Moscovitz, auteur d’ Hypothèse amour  (Calmann-Lévy).

  • Bench No Brakes Veste à capuche pour femme Noir Black Ink
  • Russell Collection Manche Courte Entretien Facile Chemise Oxford Argenté
  • ORCA Core Race Combinaison pour Femme – Trisuit Femme Noir
  • Santé mentale et CLSM
  • « Mais pourquoi restes-tu avec lui (avec elle) ? » Combien de fois avons-nous posé cette question à nos amis enlisés dans des histoires douloureuses ? Combien de fois nous sommes-nous demandés ce qui les poussait à persévérer dans des relations insatisfaisantes ? Non, c’est sûr, ce n’est pas ça, l’amour. Qu’est-ce que c’est, alors ? Un sentiment qui nous rendrait immuablement heureux ?

    Certainement pas, nous dit la psychanalyse. L’amour, le « vrai », n’a rien à voir avec la sérénité. Même après le cap de la fusion des débuts, et contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, l’amour, ce n’est pas pépère ; ça chavire, ça secoue, ça nous lie mystérieusement à l’autre dans une épopée qui échappe à toute rationalité. Exploration de quelques signes révélateurs.

    Même après

    Trouver l’autre mystérieux

    L’amour est un mystère pour ceux qui le vivent, un mystère pour ceux qui le regardent. Nous constatons, mais nous ne comprenons pas. Pourquoi ? Parce que ce qui nous lie à l’autre est inexplicable. Aimer vraiment, c’est aller vers quelqu’un, non pas seulement pour son image (sa beauté, sa ressemblance avec tel ou tel), ni pour ce qu’il symbolise (un père, une mère, le pouvoir, l’argent), mais pour son secret. Ce secret que nous ne savons pas nommer, et qui va rencontrer le nôtre : un manque ressenti depuis l’enfance, une souffrance singulière, indéfinissable. « L’amour s’adresse à notre part d’inconnu, explique le psychanalyste Patrick Lambouley.

    Il y a un vide en nous qui peut causer notre perte, nous pousser à nous tuer. Eh bien, l’amour, c’est la rencontre de deux blessures, de deux failles, le partage avec quelqu’un de ce qui nous manque radicalement et que l’on ne pourra jamais dire. » L’amour vrai, ce n’est pas « Montre-moi ce que tu as » ou « Donne-moi ce que tu as pour combler ce qui me manque », mais plutôt « J’aime la manière dont tu essaies de guérir, ta cicatrice me plaît ».

    Rien à voir avec l’hypothèse de la « moitié d’orange », déclinaison du  Banquet  de Platon (LGF, “Le Livre de poche”), qui nous voudrait incomplets parce que coupés en deux. L’amour nous rendrait alors « un » et heureux ! « C’est la cause de la faillite forcée de bien des couples, observe Patrick Lambouley. Quand certains s’aperçoivent qu’ils ressentent encore une insatisfaction, ils s’imaginent que c’est parce qu’ils n’ont pas trouvé l’homme ou la femme qu’il leur “fallait”, et qu’ils doivent en changer. Ce n’est évidemment pas le cas. » Aimer vraiment, c’est dire à l’autre : « Tu m’intéresses. »

  • Actions sociales
  • chemise jack stars stripes Rouge Rouge
  • Où nous trouver ?

    Le Colbert
    35 place du Colombier
    35012 Rennes cedex – France
    Parking Charles de Gaulle – Sortie rue d’Isly
    Tél. 02 99 25 04 04
    Fax 02 99 25 04 00

    NOUS SUIVRE

    Visitez également

    Nos partenaires

    Bretagne Commerce Internationnal est partenaire du plan régional d’internationalisation des entreprises (P.R.I.E)